Qu’est-ce que l’amnésie ?

1147

Vous avez des difficultés à vous rappeler vos souvenirs ou à assimiler de nouvelles informations ? Il s’agit sûrement de l’amnésie. Pathologique ou non, elle est plus un symptôme qu’une maladie. Souvent présente chez les personnes âgées qui souffrent de la maladie d’Alzheimer, elle peut avoir plusieurs autres étiologies. L’amnésie peut être causée par un traumatisme. Découvrez dans cet article ce que c’est que l’amnésie, ses causes et les traitements possibles.

Qu’entend-on par l’amnésie ?

L’amnésie, terme générique exprimant une incapacité à former des souvenirs, elle est souvent pathologique. Toutefois, lorsqu’il s’agit de l’amnésie infantile, elle est non pathologique. En effet, les personnes amnésiques ont de très grandes difficultés à se rappeler des souvenirs qui remontent à leur enfance. Ce n’est cependant pas dû à un processus pathologique.

A découvrir également : Comprendre Wesh : origine et usage du terme populaire en français

L’amnésie serait plus considérée comme un symptôme qu’une maladie. Ce trouble de mémoire peut toutefois prévenir une maladie neuro-dégénérative dont la plus grave est l’Alzheimer. D’un autre point de vue, le syndrome amnésique est une des pathologies de mémoire dans lequel les troubles amnésiques sont assez importants.

Les différentes formes d’amnésie

Il existe plusieurs formes d’amnésie. Il peut s’agir :

A lire aussi : Matt Groening (sa taille, son poids) qui est sa femme ?

  • De l’amnésie d’identité : c’est une forme d’amnésie où les individus ne se souviennent plus d’une partie de leur passé. Cette forme est d’une intensité variable. L’intéressé pourrait même oublier son identité personnelle.
  • De l‘amnésie antérograde : ici, les personnes ont des difficultés à assimiler de nouvelles informations.
  • De l’amnésie rétrograde : Pour cette forme d’amnésie, les patients oublient totalement leur passé.

Dans de nombreux cas, il s’agit souvent d’une forme d’amnésie antérograde ou rétrograde. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, car, il existe également des gradients. Les personnes sont toutes différentes et cela nécessite une analyse très précise pour bien comprendre les troubles en présence.

Les causes de l’amnésie

En effet, l’amnésie est due à de nombreuses situations dans lesquelles les personnes présentent des troubles de mémoire. On remarque très souvent :

  • Les troubles neuro-dégénératifs : le plus connu est la maladie d’Alzheimer qui est une cause grandissante d’amnésie plus présente chez les personnes âgées.
  • Le traumatisme crânien ;
  • Le syndrome de Korsakoff qui se caractérise par des troubles de la cognition ;
  • La tumeur cérébrale ;
  • Les séquelles d’un accident vasculaire cérébral : Dans ce cas précis, localiser la lésion dans le cerveau est un facteur déterminant.

En-dehors de ces situations, une amnésie peut aussi être due à des anoxies cérébrales, que ce soit après un arrêt cardiaque ou à un quelconque manque d’oxygène dans le cerveau. D’origine psychogène, elle est alors associée à des pathologies psychologiques fonctionnelles, comme un choc affectif, ou encore un traumatisme affectif.

Comment traiter de l’amnésie ?

Le traitement médical de l’amnésie dépend du niveau de gravité de la pathologie. Les médicaments sont à but retardatif et il est souvent recommandé de les prendre au début de l’évolution. Lorsque la pathologie devient de plus en plus grave, la prise en charge est alors plus socio-psychologique. Cela se fait dans des structures conçues pour les patients ayant un trouble de mémoire.

En revanche, une prise en charge neuropsychologique consistera à utiliser les capacités préservées dans l’Alzheimer. Des exercices sont proposés et mis en place au sein des structures pour cette cause. Il s’agit par exemple des centres de rééducation. Procéder à la rééducation de la mémoire est très important dans le traitement de l’amnésie ou des troubles de la mémoire. Ceci à n’importe quel âge et peu importe la cause.

Comment prévenir l’amnésie ?

Nombreux sont les facteurs de réserve qui protègent la personne face au risque de développer une maladie neurodégénérative. Il s’agit par exemple des facteurs d’hygiène de vie. Ainsi, il faudrait se protéger contre les maladies telles que le diabète ou l’hypertension artérielle. Ces dernières interagissent avec les aspects neurodégénératifs.

Toutefois, la prévention n’est pas une tâche facile. Vous devriez adopter une hygiène de vie saine, au niveau nutritionnel comme dans la pratique régulière d’une activité physique. Pour prévenir votre mémoire d’une éventuelle amnésie, vous savez dès cet instant quoi faire.

Les conséquences de l’amnésie sur la vie quotidienne

L’amnésie, cette altération de la mémoire, a des conséquences considérables sur la vie quotidienne des personnes qui en sont affectées. Les souvenirs constituant notre identité et nos expériences passées se volatilisent progressivement, ce qui peut entraîner une perte d’autonomie et de repères.

Sur le plan personnel, l’amnésie peut perturber les relations familiales et amicales. Effectivement, l’incapacité à se remémorer les moments partagés ou les événements importants crée un sentiment d’éloignement voire de détachement émotionnel. Les liens sociaux peuvent ainsi être fragilisés voire rompus dans certains cas.

L’amnésie influence aussi le fonctionnement professionnel. La mémoire est essentielle pour accomplir bon nombre de tâches au travail : retenir des informations importantes, suivre des instructions précises ou encore interagir avec ses collègues. Lorsque la mémoire fait défaut, il devient difficile voire impossible d’exercer certaines professions ou même simplement maintenir son poste actuel.

Au-delà du cercle familial et professionnel, l’amnésie impacte aussi la routine quotidienne. Des gestes simples comme faire ses courses ou gérer ses finances peuvent représenter un véritable défi pour ces individus privés de leur mémoire autobiographique. Ils doivent souvent s’appuyer sur des stratégies externes telles que les notes écrites ou demander une assistance constante pour effectuer ces activités basiques.

N’oublions pas le fardeau psychologique que représente l’amnésie chez ceux qui en sont atteints. La frustration, l’anxiété et la détresse émotionnelle peuvent s’installer durablement face à cette perte de soi et au sentiment d’être déconnecté du passé.

Face à ces conséquences multiples sur la vie quotidienne, il est primordial de sensibiliser le grand public afin qu’il comprenne les défis auxquels sont confrontées les personnes souffrant d’amnésie. Des initiatives telles que des programmes de soutien ou des regroupements de patients permettent un accompagnement personnalisé et une meilleure intégration sociale pour ceux qui vivent avec ce trouble de la mémoire.

L’amnésie représente bien plus qu’une simple perte de souvenirs. Elle bouleverse profondément la vie quotidienne des individus touchés, tant sur le plan personnel que professionnel. Une prise en charge adaptée ainsi qu’un soutien accru sont nécessaires pour aider ces personnes à faire face aux nombreux défis qu’elles rencontrent au quotidien.

Les avancées de la recherche dans le traitement de l’amnésie

Les avancées de la recherche dans le domaine du traitement de l’amnésie offrent un espoir pour les personnes concernées. Les scientifiques se penchent sur différentes approches afin d’atténuer voire de réparer les déficits mnésiques.

La première piste explorée est celle des médicaments. Des substances telles que les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase sont utilisées pour améliorer la transmission des signaux entre les neurones, favorisant ainsi la consolidation et la récupération des souvenirs. D’autres molécules prometteuses sont aussi à l’étude, visant à cibler spécifiquement certaines régions du cerveau impliquées dans le processus mémoriel.

Parallèlement aux recherches pharmacologiques, les chercheurs s’intéressent aussi aux techniques non médicamenteuses. Parmi celles-ci figurent notamment la stimulation magnétique transcrânienne (TMS) et l’électrostimulation cérébrale profonde (ECP). Ces méthodes consistent à stimuler directement certaines zones du cerveau afin d’améliorer sa plasticité et favoriser ainsi la récupération des fonctions cognitives altérées par l’amnésie.

Une autre piste innovante est celle de la thérapie génique. Les scientifiques explorent actuellement différentes approches visant à modifier ou restaurer certains gènes impliqués dans le fonctionnement de la mémoire. En modifiant ces gènes défectueux, il serait possible d’inverser partiellement ou totalement les troubles mnésiques associés à l’amnésie.

Les avancées technologiques ouvrent de nouvelles perspectives dans le domaine du traitement de l’amnésie. Les interfaces cerveau-machine permettent notamment d’établir une communication directe entre le cerveau et un ordinateur, offrant ainsi la possibilité de stocker des souvenirs artificiels et de compenser les déficits mnésiques.

Bien que ces avancées soient prometteuses, il faut souligner qu’elles sont encore au stade expérimental. Les traitements actuels restent limités et ne permettent pas encore une récupération complète des fonctions mnésiques altérées par l’amnésie.