Etablir le plan de financement prévisionnel

155

Le plan de financement est un document de gestion indispensable pour la bonne marche de vos projets. Sous forme de tableau à deux colonnes, il permet d’estimer les moyens et les besoins d’un projet, et d’en confirmer la viabilité et la rentabilité. Le plan de financement se divise en deux parties essentielles. Les besoins et les ressources

Identification des besoins de financement

C’est l’une des deux parties du tableau du financement prévisionnel. Dans ce dernier, vous devez commencer par identifier les immobilisations. Ce sont les biens durables nécessaires à l’activité, que l’entreprise achète et qu’elle va conserver plus de douze mois. On distingue les immobilisations incorporelles, corporelles et financières. Elles doivent être portées dans le tableau de financement pour leur montant hors taxe. Ensuite, vous devez déterminer les variations du besoin en fond de roulement. C’est un indicateur financier chiffrant le besoin financier résultant du décalage des flux de trésorerie correspondant aux décaissements et aux encaissements.

A lire également : Banque Postale : Certicode plus, pour des transactions plus sûres

Pour calculer le BFR, vous aurez besoin de trois variables : le délai de rotation de stock, le délai de paiement de stock et le délai de règlement des fournisseurs. Retrancher de la somme des deux premières variables la troisième. Dans les besoins, vous devez aussi les remboursements d’emprunt et de compte courant d’associés et enfin la distribution des dividendes. Cette dernière doit être intégrée dans le plan de financement si les associés peuvent partager le bénéfice comptable en tout ou partie sous forme de dividendes. Sinon, il est très rare de retrouver les distributions de dividendes, car elles sont mal perçues par les investisseurs et les établissements prêteur.

A lire aussi : Vendre des bijoux en or : voici comment faire

Identification des ressources probables

C’est la seconde partie du plan de financement prévisionnel. Afin de financer les besoins identifiés, le porteur du projet va d’abord déterminer les apports des associés. Les associés pourront financer le projet de deux manières différentes. Primo en apportant des sommes d’argent au capital de leur entreprise. Secondo en apportant des sommes en comptes courants d’associés. Ensuite, pour financer le projet, le porteur du projet peut aussi effectuer des emprunts auprès d’établissements de crédit.

Ces emprunts constituent évidemment des ressources que vous devez absolument intégrer au plan de financement prévisionnel. Pour clôturer la partie des ressources du plan du financement, vous devez calculer la capacité d’autofinancement (CAF). La CAF correspond aux flux générés par une entreprise dans le cadre de son activité. Elle se définit comme la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables. Pour calculer la CAF, on additionne le résultat de l’exercice avec les dotations aux amortissements prévisionnels.