Survivalisme : peut-on vivre de manière 100% autonome ?

1237

Un survivaliste est censé avoir une liberté d’existence sans dépendre de quoi que ce soit. Ce mode de vie présente divers avantages sur divers plans. Est-il réaliste d’avoir une indépendance totale dans ce cas ? Retrouvez ici la réponse à cette question.

Oui, c’est possible avec la permaculture

Lorsque vous optez pour le survivalisme, vous avez accepté tout abandonner afin de vivre dans un monde sans progrès scientifique. Est-ce réaliste dans ce cas de jouir d’une vie indépendante au complet ? Oui, c’est possible d’avoir l’autonomie totale dans le survivalisme avec l’adoption de la permaculture comme méthode d’alimentation. L’accès à l’autonomie alimentaire constitue une clef pour vivre sans aucune dépendance.

A lire aussi : Quels sont les avantages de changer mes portes et fenêtres par un professionnel ?

Avec la permaculture, c’est vous qui allez chercher de quoi vous nourrir. Vous consommerez ainsi des fruits cueillis dans l’univers et des légumes cultivés dans votre jardin. Il n’y a plus question d’aller acheter des vivres dans une boutique ni de partir manger dans un restaurant. Grâce à ce mode d’alimentation, vous mangerez sainement et vous serez à l’abri des maladies liées à la nourriture.

C’est possible avec la débrouillardise

survivalisme

A lire en complément : Impôts : pourquoi le fisc me réclame de payer deux taxes d'habitation ?

Il est possible d’avoir de l’autonomie totale dans le survivalisme lorsque vous adoptez une vie de débrouillardise. Ici, l’accent est mis sur la vie loin du commun des mortels. Vous acceptez donc de vivre dans les bois.

Il vous revient de construire votre propre logement sans faire recours à une entreprise de construction. Les branches et feuilles des arbres serviront de matériaux pour la mise en place de votre lieu de repos. Vous êtes invité à faire du bricolage.

C’est vous-même qui devenez le réparateur des objets qui seraient défectueux. Pour avoir accès à l’eau de bain, vous pouvez mettre en place un système de collecte d’eau pluviale. Pour accéder à l’eau qui servira de boisson, vous pouvez alors creuser un puits.

L’indépendance dans la vie de survivaliste passe aussi par la connaissance des plantes médicinales à des fins curatives. Alors, vous direz adieu aux pharmacies et même aux hôpitaux.

Oui, c’est possible d’avoir l’autonomie totale en survivalisme avec la liberté énergétique

La liberté énergétique est une forme d’autonomie. C’est bien possible d’y arriver quand vous optez pour le survivalisme. La bonne nouvelle est que l’accès à l’énergie gratuite s’obtient sans difficulté. C’est le lieu d’utiliser plus les énergies renouvelables comme l’énergie éolienne ou solaire. Outre ces deux types d’énergie, les poêles bouilleurs peuvent aussi vous procurer de l’énergie. Pour y arriver, vous devez suivre une bonne formation dans ce sens.

Une autre méthode pour avoir une couverture énergétique est de bien éloigner son logement de ceux des autres. Ensuite, alimentez le dispositif de chauffage en utilisant les bois de chauffe. Avec votre panneau solaire, vous pouvez disposer de l’eau chaude pour le bain. Ces différentes techniques vous offrent une autosuffisance énergétique à hauteur de 85 %. Le reste des besoins en énergie sera assuré par l’énergie calorifique issue des déchets ménagers.

Non, c’est difficile de vivre de manière 100% autonome en survivalisme sans soutien communautaire

Il est vrai que le survivalisme prône l’autonomie totale, mais il est difficile de vivre de manière totalement autonome sans un soutien communautaire. Effectivement, même avec toutes les connaissances et les ressources nécessaires, il y a des limitations à la vie en autarcie.

Il faut souligner que certaines infrastructures indispensables ne peuvent être mises en place par une seule personne ou une seule famille. Par exemple, pour avoir accès à l’eau potable en quantité suffisante et durable, il faut souvent recourir aux puits ou aux systèmes de filtration complexes qui nécessitent des compétences spécifiques et des équipements coûteux. Garantir un approvisionnement continu en nourriture peut aussi s’avérer difficile sans le soutien d’une communauté. La culture agricole demande du temps, des efforts physiques considérables ainsi qu’une diversification pour éviter les problèmes tels que les maladies des cultures ou la dégradation du sol.

La sécurité est un aspect crucial dans le monde du survivalisme. Vivre isolé expose davantage aux risques liés à l’insécurité et au manque de surveillance mutuelle. Dans ce cas précisément, faire partie d’une communauté permettrait non seulement d’échanger sur les meilleures pratiques pour assurer sa propre sécurité, mais aussi de bénéficier d’un système d’alerte commun face à toute menace extérieure.

Il faut prendre en compte l’aspect psychologique du survivalisme. L’être humain étant un être social par nature, vivre seul(e) peut entraîner une sensation profonde de solitude voire même générer des problèmes mentaux tels que l’anxiété ou la dépression. C’est pourquoi il est préférable de vivre en communauté afin de garder un équilibre psychologique stable.

Bien que le survivalisme prône l’autonomie totale, il est difficile, voire impossible, de vivre de manière 100% autonome sans soutien communautaire. Les défis liés à l’accès à l’eau potable, à la sécurité et au bien-être mental sont mieux gérés avec une communauté solidaire qui partage les ressources et les compétences nécessaires pour faire face aux difficultés rencontrées dans un monde en mutation constante.

Oui, c’est possible grâce à la gestion responsable des ressources naturelles

Oui, les eaux pluviales permettent d’avoir un approvisionnement en eau non potable pour les tâches domestiques telles que l’arrosage du jardin ou le lavage des véhicules. En utilisant des systèmes de filtration adéquats, il est aussi possible de rendre cette eau potable et ainsi répondre aux besoins quotidiens en matière d’hydratation et d’hygiène.

Grâce à la gestion responsable des ressources naturelles telles que l’énergie renouvelable, l’agriculture permaculturelle et la gestion rationnelle de l’eau, il est tout à fait envisageable d’atteindre une autonomie totale en matière de survivalisme. Cela nécessite un engagement fort dans la préservation de notre environnement ainsi qu’une connaissance approfondie des techniques appropriées pour minimiser notre impact sur celui-ci. Avec une vision durable et consciente, nous pouvons créer un mode de vie autonome qui assure notre survie tout en respectant les équilibres écologiques indispensables à notre bien-être futur.